LES COULEURS, LES PEINTURES, LES PINCEAUX etc…

painting-911800_960_720

Une peinture quel que soit son type  ( l’huile, l’alkyde, l’acrylique, l’aquarelle, la gouache ou la  tempéra) est toujours constituée de trois éléments principaux  :

Une couleur (Pigments ou colorants) :  Composée de pigments broyés plus ou moins finement ou de colorants. Les pigments sont les composants les plus importants d’une couleur, ils étaient autrefois fabriqués avec des matières naturelles telles que l’indigo, la racine de garance, les terres d’ocre ou le safran. Ils pouvaient atteindre des sommes folles. Par exemple la couleur rouge violette extraite d’un coquillage appelé murex était un luxe à l’époque de la Grèce antique. Les étoffes teintes à partir de cette couleur étaient réservées aux rois, aux prêtres et aux magistrats.  A Rome ce privilège de couleurs était réservé aux empereurs et aux officiers généraux des légions. Tout comme le lapis lazuli, qui au moyen âge valait plus que l’or. Sa valeur venait surtout de sa provenance lointaine “outre la mer” qui devint par la suite le bleu outremer. Les pigments minéraux les plus utilisés en décoration murale traditionnelle sont les ocres ou les terres colorantes, ces terres outre leur avantage d’être naturelles sont des couleurs miscibles dans tout types de liants, résistantes a la lumière, d’un coût peu élevé et d’une toxicité nulle. Ces couleurs avant l’invention des colorants alimentaires chimiques servaient à la coloration des charcuteries et autres préparations, raviver les tomettes, colorer les papiers, et a la préparations d’onguents et de cosmétiques. L’extraction de l’ocre se fait en carrière dans le Vaucluse et Bourgogne

ochre-962394_1920

 De nos jours les pigments sont encore naturels pour certains , mais il sont surtout pour la plupart reconstitués chimiquement ou remplacés par des colorants beaucoup moins chers.

IMG_3198

Une charge : La charge dans une peinture elle  permet  de donner du corps à la matière finie, elle compense la force de la couleur, son opacité ou sa tenue. Elle permet aussi de réduire dans certains cas  les coûts de fabrication. Une charge de qualité moindre trop présente dans une peinture donne un rendu moins lumineux.

Un liant : Il est une des bases de la peinture avec la couleur. Un liant de bonne qualité permet a la peinture de tenir sur son support et de confirmer sa résistance.  Gomme arabique pour l’aquarelle et la gouache, huile de lin et d’œillette pour la peinture à l’huile, résine acrylique pour la peinture acrylique, résine vinyle pour la peinture vinylique.

2016-06-06 11.37.22.jpg

Ces trois composants on toujours accompagnés les artistes dans leurs créations , des premiers humains qui ont décorés les grottes magdaléniennes avec des ocres, du charbon de bois ( en passant par le  moyen âge ou les enluminures des parchemins) aux grands maîtres flamands ces composés et leur diverses recettes sont toujours d’actualité.

LES  PEINTURES

La peinture à l’huile

Elle est composée de pigments, de charge et d’un liant qui est une huile végétale,  l’huile de lin. Cette huile est mélangée avec les pigments par malaxage et broyage mécaniquement pour les peintures industrielle et à la molette à broyer pour le peintre qui fabrique ses couleurs. La peinture à l’huile a la particularité de ne pas sécher mais de durcir en emprisonnant le pigment dans l’huile de lin au contact de l’air, les molécules de l’huile se soudent entre elles au contact de l’oxygène qui les fait passer de l’état liquide à l’état solide. Ce processus s’appelle l’oxydation. Cette oxydation se produit au bout de quelques semaines en fonction de la siccativité de l’huile et de sa dilution dans la peinture, plus la peinture sera posée en couche épaisse plus elle mettra de temps à durcir. A contrario plus la peinture sera diluée, plus elle durcira rapidement.

Au seizième siècle, dans les ateliers de peintre, les apprentis étaient chargés du broyage des pigments et des des mélanges. A partir de 1836, avec l’invention des machines à broyer ce sont les droguistes qui se chargèrent de ce travail de ce fait il devinrent des marchands de couleurs. La peinture est dès lors conservée dans des tubes en étain qu’a partir de 1840 ce qui permit au peintres de sortir plus facilement de leur ateliers. Les premiers à bénéficier  et à profiter de cette innovation sont les impressionnistes.

2016-06-06 11.34.08.jpg


En peinture à l’huile il y a une  règle primordiale à respecter toujours peindre gras sur maigre.
Une peinture grasse est une peinture contenant plus d’huile ou de résine pour les alkydes. Elle met donc plus de temps a durcir qu’une peinture maigre. Par conséquent  la peinture aura besoin de plus d’oxygène pour durcir. Ainsi elle se contractera plus fortement.

IMG_3152
HUILES EXTRA-FINES


Si l’on applique une couche maigre sur une couche grasse, la couche maigre va durcir la première sur la couche grasse qui va se contracter plus fortement, ce qui fera craqueler la couche maigre. En sens inverse, en posant gras sur maigre il n’y pas de tension et pas de craquelures au durcissement de la couche grasse.

Une peinture a l’huile peut mettre jusqu’à un an voire plus pour durcir à cœur et être stable.

LES VERNIS POUR HUILE

Le vernis a retoucher

Le vernis à retoucher est principalement utilisé pour atténuer  ou supprimer les embus (Aspect mat et terne pris par la surface d’une peinture à l’huile, qui résulte de l’absorption accidentelle de l’huile par la préparation ou le support) et de faire ressortir les tons dans la perspective  d’une  reprise du tableau
Il peut aussi posé en couches fines et  servir de vernis protecteur sur un tableau en phase de durcissement depuis plus de trois semaines, dans l’attente que la toile ne soit définitivement  stable pour le passage d’un vernis définitif pour tableaux.


Les vernis à retoucher sont composés  principalement de  deux types de résines. La résine dammar ou la résine mastic.
un vernissage  trop rapide avant un bon délai de durcissement conduit a une absorption des essences et solvants dans la couche picturale cela peut provoquer des possibilités de frisages sur  la peinture.
Le  vernis à retoucher sert surtout à repeindre sur une peinture ancienne sur laquelle on souhaite retravailler . Le solvant présent dans le vernis pénètre la surface picturale permettant ainsi à la résine contenus dans le vernis de jouer le rôle d’un primaire d’accrochage pour  favoriser l’adhérence de la couche suivante. Le second rôle est de faire disparaître les embus . En nourrissant ces zones en liant, l’ensemble du tableau reprendra une finitionbrillante uniforme. Ce vernis n’étant que provisoire, il est tout de même conseillé d’appliquer un vernis définitif après séchage à cœur  entre 6 mois et un an.

Le vernis définitif

De la même composition que le vernis à retoucher le vernis dit vernis à tableaux est plus fortement chargé en résine. Sur une toile ayant suffisamment “mûrie” il servira de couche protection définitive et pourra aussi changer l’aspect final mat ou brillant. Le vernis doit être toujours appliqué en couches fines avec un spalter (brosse plate et  large) à poils souples et doux. Une couche trop épaisse d’un seul tenant mettrait trop longtemps à sécher et risquerait de craqueler en vieillissant. Les vernis sont maintenant souvent mixte huile et acrylique ce qui permet aux peintres multi-techniques de se soucier du type de vernis utilisé en final sur leur œuvres.

LES ADDITIFS POUR PEINTURE A HUILE

L’huile de lin

L’huile de lin est issue du broyage de graines de lin. Très siccative et plus résistante que la plupart des autres huiles elle fut utilisée pendant très longtemps avant son usage de liant de peinture comme agent protecteur pour le métal et le bois . l’huile de lin tendance à jaunir avec le temps de ce fait elle s’utilise généralement  avec des tons foncés pour des couleurs claires il faudra lui préférer l’huile de carthame moins siccative mais plus claire. attention des chiffons imbibés d’huile de lin ne doivent pas être jetés en boule dans une poubelle au risque de créer une combustion spontanée.

l’huile de carthame

L’huile de carthame est une huile  claire qui rentre dans la composition des peintures à l’huile extra fine surtout de couleur claire elle est recommandée pour le broyage des blancs et des tons clairs elle est appréciée pour  son faible jaunissement. elle se mélange aux couleurs à l’huile pour accentuer leur fluidité. augmente le temps de durcissement de la peinture.

L’huile de lin cuite

L’huile de lin cuite améliore  le durcissement  de la peinture . Donne de la texture sans être aussi épaisseur qu’un médium d’empâtement. Séchage plus rapide que l’huile de lin normale. S’utilise également dans les recettes de médiums à peindre.

La standolie ou huile de lin polymérisée

Elle permet d’atténuer considérablement les traces de pinceaux, elle est un additif efficace pour les  peintures à l’huile et  les vernis à tableaux elle est aussi utilisée comme agent mouillant/dispersant. Elle augmente et renforce la brillance. Facilite la dispersion des pigments dans la masse, renforce l’adhérence sur différents supports.  Intensifie le caractère hydrophobe de la peinture à l’huile et des peintures alkydes.

Elle peut  s’utiliser pure, mais il est préférable de la diluer avec de l’essence de térébenthine. Elle convient particulièrement aux glacis et au travail des détails. Attention pur ou peu diluée la standolie ralentit le séchage de la couche de peinture ou du vernis.

L’huile d’oeillette

L’huile d’œillette, également connue sous le nom d’huile de pavot ou huile blanche est extraite d’une variété de pavot appelé œillette (Papaver Somniferum).

L’huile d’œillette sèche moins vite que l’huile de lin. L’huile d’œillette étant moins siccative que l’huile de lin il est grandement recommandé d’ajouter au maximum 2% de siccatif. elle est très utilisée pour le mélange des couleurs contenant du bleu et du  vert.
IMG_3184

Le médium huile


Le médium est un additif qui se  mélange  aux alkydes et aux couleurs à l’huile . Il aide a la dilution et au travail des couleurs. Il améliore le brillant indispensable pour les glacis, il permet surtout de diluer et d’allonger une couleur à l’huile sortie du tube sans en changer ses propriétés physico-chimiques. Il n’est pas obligatoire de travailler avec un médium de la même marque que la peinture utilisée. il est par contre important de rester tout au long du travail avec le même médium car les formulations peuvent changer d’une marque à l’autre.

Le médium d’empâtement

Le médium d’empâtement permet de monter en épaisseur la couche de peinture. Il se mélange à la couleur, on le trouve le plus souvent en tube,  l’apparence du produit est proche du beurre, il doit être employé en ayant bien en tête que le durcissement de la partie  épaissie sera plus long. Il conserve les épaisseurs réalisées au couteau ou au pinceau. Pour des couches allant jusqu’à 4 à 5 mm d’épaisseur en n’ayant pas de phénomènes d’affaissement et de retrait de la couche de peinture pendant le durcissement.

Le Liquin (Windsor And Newton)

Le Liquin est un médium glacis pour huiles et alkydes de la marque Winsor and Newton il est compatible avec toutes les marques d’huiles et d’alkydes. Il permet de faire des glacis très facilement. Le médium Liquin est à base de résines alkydes. Il  augmente la fluidité et la transparence des couleurs mais accélère le séchage des huiles.

recette de médium maison

Pour réaliser  son médium à peindre maison il faut mélanger  2/3 de vernis huile  pour 1/3 d’huile de lin cuite. Cette recette peut être modifier en y ajoutant un peu d’essence de térébenthine pour alléger le médium.

Les siccatifs

Le siccatif à pour fonction d’accélérer le durcissement de la couche de peinture. Il est important de savoir que dans la fabrication d’une couleur à l’huile le fabricant à déjà incorporé dans sa recette  du siccatif. C’est pour cela que l’ajout de cet additif doit ce faire avec parcimonie. Il sera surtout utilisé pour aider et accélérer le durcissement de couleurs comme certains rouges ou noirs.


La règle de dosage est qu’il ne faut pas dépasser la dose d’une  goutte de siccatif pour une noix de couleur cela prévaut pour la plupart des marques.

Comme tout accélérateur de prise une dose excessive de siccatif peut induire des dégâts et provoquer  des fissure de la couche de peinture si elle est épaisse ou des craquelures sur des couches plus fines. Le siccatif est donc surtout indispensable si l’on broie ses pigments et que l’on veut faire ses couleurs à l’huile maison.

Il est vivement conseillé de manipuler les siccatifs avec précaution et surtout de bien se laver les mains après usage, même si les siccatifs à base de plomb sont interdits il restent quand même des produits nocifs.

LES ESSENCES

L’essence de pétrole

L’essence de pétrole est un solvant minéral moins « gras » que les essences végétales elle s’évapore beaucoup  moins vite que l’essence de Térébenthine. Utilisée pour allonger les couleurs à l’huile et les  vernis son pouvoir de pénétration élevé permet a l’essence de pétrole de traverser la peinture en profondeur. Usitée en excès  elle accentuera un rendu plus mat. Elle s’utilise aussi pour le nettoyage des brosses et pinceaux.

L’essence de lavande ou essence d’aspic

L’essence d’aspic provient de la distillation de la lavande. Elle Possède un pouvoir solvant plus élevé que la Térébenthine qui favorise une meilleure liaison entre les couches. Son coût plus élevé et son odeur marquée en limite l’utilisation. Elle trouve également une application comme diluant dans les couleurs pour peinture porcelaine grand feu à. A utiliser avec précaution et modération.

L’essence de térébenthine

Autrefois appelée poix de Bordeaux elle est une des bases importantes de la peinture à l’huile. Diluant indispensable, très utile lors de la phase d’ébauche. Il est possible de réaliser un tableau entièrement avec de l’essence de Térébenthine. L’essence de Térébenthine pure gemme de pin est obtenue par distillation. il faudra veiller à la conserver à l’abri de l’air. Mélangée aux couleurs, elle donne une pâte très agréable. Convient surtout pour l’ébauche et la confection  de l’œuvre. Dans le cas où l’on veut travailler longuement dans le frais, on lui préféra une essence moins volatile type essence d’aspic ou huile essentielle de pétrole.

L’huile essentielle de pétrole

Diluant pour huile le plus  plus gras. Ce solvant permet de travailler la pâte dans le frais plus longtemps. L’huile essentielle de pétrole s’évapore moins vite que l’essence de pétrole. Onctueuse sous le pinceau, elle ne laisse aucune trace après évaporation. L’huile essentielle joue le rôle de « retardateur » et permet donc de travailler la peinture fraîche plus longuement

Les autres peintures à huile

Les peintures  alkydes

Les alkydes sont peu répandues dans les commerces de beaux arts  car peu connues par les vendeurs et peu utilisées par les artistes. Ces peintures sont à classer entre les huiles et les acryliques, elles ont les mêmes médiums et additifs que les huiles et un temps de séchage rapide une dizaine d heures avec un rendu et un film proche de la peinture à l huile. Les résines qui composent les alkydes sont issues de l’industrie pétrolière à l’instar des peintures acryliques. Les alkydes sont le plus souvent utilisées par les peintres de figurines et par les artistes peintres « pressés ».

Les huiles à l’eau

Oui cela existe une peinture à l’huile à l’eau comme les alkydes ces produits n’ont pas une diffusion gigantesque.  Mais ces peintures n’ont que des avantages

  • Faible odeur
  • Nocivité moindre
  • Même choix de couleurs que les huiles traditionnelles
  • Séchage rapide
  • Nettoyage aisé

De plus il y autant d’additifs et de médiums que l’huile.

L’ACRYLIQUE

colors-825090_960_720

L’acrylique est  la reine des peintures modernes, la peinture acrylique excelle dans des domaines variés que d’autres peintures n’atteignent pas, elle est multi-supports il est possible de travailler sur la toile, le papier, la pierre, le métal, le bois etc…

On la trouve en tubes, en pots, en flacons, en aérosols, sous formes de feutres et marqueurs, les fabricants de peinture ont su la diversifier pour toutes les formes et techniques de peinture.

Brute sortie du tube ou du pot, diluée avec de l’eau, mélangée avec des médiums, des gels, et autres additifs.

Elle ne sent pas c’est la peinture idéale pour les débutants et personnes voulant une peinture simple à travailler sans trop de matériel. Le nettoyage des outils se fait à l’eau. il est facile et aisé de travailler en cours ou ateliers sans avoir besoin de locaux très ventilés comme pour la peinture à l’huile.

L’acrylique sèche est indélébile le film est résistant en quelques minutes à plusieurs heures en fonction de l’épaisseur de la couche picturale.

L’aventure de l’acrylique commence au milieu du vingtième siècle les premiers essais datent du débuts des années 50 sans trouver de débouchés artistiques mais plutôt industriels  les peintres américains commencent à s’intéresser a cette nouvelle peinture au début des années 60  elle sera largement diffusée par une marque toujours très réputée et prisée la gamme de LIQUITEX. Cette marque américaine a su s’imposer pour devenir la référence des extra-fines auprès des peintres. Andy Wharol et Pollock furent les premiers artistes peintres a créer les premières œuvres majeures avec de l’acrylique.

2016-06-06 11.32.35
LIQUITEX EXTRA FINES HEAVY BODY

Dans le grand choix de marques et de conditionnement de peinture acrylique il faudra faire un tri  drastique car il y a en magasin plus de références et marques que le l’huile et l’aquarelle.  En effet il y a des peintures acrylique pour les peintres sur toile, les maquettistes, les figurinistes, les peintres sur bois, Etc…. Et dans tout ce choix il y a le meilleur et aussi le pire.

IMG_3160
peintre acrylique ABSTRACT SENNELIER  

La peinture acrylique est souvent utilisée en couches de fond pour la peinture à huile cela permet de commencer une toile avec en couleur de fond ou en flou de la peinture acrylique puis une fois l’acrylique sèche de finir ou peaufiner la toile avec de la peinture à l’huile.

Comme pour la peinture à l’huile les couleurs extra fines sont vendues en série qualité de  pigment le de 1 à 7 en fonction de la couleur ce qui signifie qu’un tube d’ une couleur en série 1 peut coûter environ neuf euros et un tubes en série 6 une trentaine d’euros.  Ceci pour les marques les plus haut de gamme.

Pour les débutants la meilleure chose est de commencer par des couleurs fines ou d’études.  Peu onéreuses elles sont de bonne qualité avec de belles couleurs si vous prenez de bonnes marques avec de belles couleurs.

IMG_3159
ACRYLIQUE FINE ET ÉTUDE

Les additifs acryliques

Le gesso

Le gesso acrylique est un médium préparateur de surface il est est present sur la majorité des toiles  les rendant aptes à recevoir de la peinture huile ou acrylique de texture fluide ou semi-liquide suivant les marques ou la qualité il est mat d’un aspect opaque crayeux, sa texture flexible lui permet de résister au craquelures.

gesso-pot-1l-lefranc-gesso-pot-1l-lefranc-3013642351338_0

Il est également un excellent préparateur de surfaces pour la préparation de fresques et de peintures sur bois, cartons, médium, etc…

il peut être appliquer pur ou dilué à l’eau (25 % maximum). Certains fabricants font maintenant des gesso de couleur noire  ivoire et transparents.

Les vernis pour acryliques

La pose d’un vernis sur une peinture réalisée à l’acrylique est souvent une question majeure vernir ou ne pas vernir .’  La bonne réponse est de savoir quel vernis utiliser. Il y a deux deux grand types de vernis pour l’acrylique les vernis à l’eau et les vernis à solvant,  le vernis à solvant sera un peu plus résistant et plus glacé dans l’aspect brillant, le nettoyage se fera à l’essence. Le vernis devra s’appliquer sur une peinture parfaitement sèche, plusieurs jours à plusieurs semaine si la couche de peinture est très épaisse. Son rôle consistera à protéger  la peinture des ultra violet uniformiser la couche de surface et changer l’aspect visuel suivant que l’on veuille un aspect visuel mat ou brillant. le passage du vernis se fera avec un spalter de poils constitués de poils souples.

2016-06-06 11.37.56.jpg

Les gels médiums

Les gels médiums  donnent du corps aux peintures fluides (liquides) ou en pâtes légères (tubes) , ce qui permet d’utiliser ces deux types d’acryliques pour réaliser des empâtements, renforcer l’éclat des couleurs et la transparence. Ces gels augmentent également le « temps de reprise », car ils ont tendance à sécher plus lentement  que les couches de peinture plus fines. Les gels médiums modifient les caractéristiques des peintures de différentes manières. La présence de résines acryliques dans leur formule améliore l’adhérence et la résistance de la couche picturale.

Les médiums fluides

Les médiums fluides sont liquides à semi-liquides. Ils permettent de réduire la viscosité des peintures. ils estompent les coups de pinceau et améliore le lissage. Ils permettent aussi de faire des collages sur le support et la possibilité de transfert d’image sur différents supports (toile, bois, textile, mur)

Le liant acrylique

Le liant acrylique est principalement composé de la résine qui constitue toutes les peintures et vernis acrylique il est indispensable dans le processus de préparation des couleurs, il permet de faire des  collages et transferts. Toutes les marques de peintures proposent le liant acrylique dans leur gamme mais les deux produits qui sont un peu leader dans cet additif sont le liant CAPAROL produit issu du monde du bâtiment et de la décoration et le BINDEX de la marque PEBEO.  Le liant acrylique est translucide et indélébile après séchage, il donne un film souple et brillant. Mélangé à l’eau, il est utilisé comme vernis à retoucher acrylique.

2016-06-06 11.39.51-1.jpg

L’aquarelle

painting-911800_960_720

“L’aquarelle est la peinture des êtres sensibles qui peut attendrir une brute “ .Cette phrase était celle d’un critique anglais du 19 ème siècle  regardant une aquarelle de Turner. L’aquarelle est une technique ou s’opère un savant mélange entre le pinceau, la main  du peintre, le papier, l’eau et la couleur ce qui crée une harmonie qui en se mélangeant  fait naitre une œuvre tout en finesse et précision ou avec  des fondus flous et nuageux du plus bel effet.

L’aquarelle est composé de pigments broyés, et de liant la gomme arabique ( La gomme arabique provient de l’exsudation naturelle ou de l’écorçage des branches lisses d’ arbres. La meilleure gomme arabique est issue de l’acacia Verek ou Sénégal. La meilleur qualité de gomme vient d’une région nommée Kordofan. ). Les différentes aquarelles se distinguent par la qualité de leurs couleurs, du liant et de  la finesse de broyage du pigment et de la pureté de celui-ci.

image
gomme arabique en cristaux

On distingue donc de ce fait trois qualités majeures pour les couleurs d’ aquarelle.

  • Les extra fines  (beaucoup de pigments très finement broyés  et pas ou peu de charges)
  • Les fines (pigments en quantité liant et peu de charge)
  • Les basiques (pigments au juste minimum, ajout de colorants et charges)

Après les pigments le liant fait aussi la différence, la qualité de la gomme arabique est aussi très importante.

Toutes les grandes marques  proposent ces trois types de couleurs dans leurs gamme.

Mais attention sur les couleurs basiques lors des mélanges il peut avoir des soucis et déconvenues lors du rendu de couleurs la largeur chromatique des mélanges de couleurs  peuvent  ne pas refléter la demande de l’artiste, en effet les couleurs basiques sont souvent constituées de couleurs peu élaborées avec des colorants mélangés à des pigments de moindres qualités ainsi qu’une charge trop présentes , ce qui descend le prix de vente pour les rendre plus abordables aux débutants, mais les couleurs sont moins vives et éclatantes. Les aquarelles  extra-fines ont des pigments quasiment purs sans adjonction de charge mêlées avec des gommes arabique de qualités supérieures  quelquefois même additionnées de miel afin  c’est pour cela qu’elles sont vendues avec des prix différents en séries avec des prix différents suivant la famille de couleur (un jaune ou un rouge cadmium seront plus chers que un autre  jaune moins pigmenté).

Pour un bon usage de l’aquarelle il faut un support adéquat, le support idéal est un papier absorbant en surface dans la couche supérieure, enduit d’un collage naturel à l’amidon ou à la  gélatine qui bloquent l’absorption dans les couches inférieures. Les papiers de très bonne facture sont fait de fibre cent pour cent coton. Ce coton est issu de jeunes fleurs de cotonnier le linter, la fibre longue ce coton est foulée et broyée jusqu’à obtenir une pâte à papier qui est passée sur des rouleaux puis pour finir sur des plaques feutre qui donneront au papier son rendu final torchon, grain fin ou satin ces papiers sont dit  de qualité purs chiffon .Le rendu des couleurs exceptionnel est du à la blancheur naturelle, proche de l’ivoire, est obtenue sans chlore et azurants optiques ce qui apporte une conservation optimale. La référence pour ces produits sont les papiers  ARCHES®. Les poids au mètre carré de cette gamme vont de185 Grammes à 640 grammes ils se présentent en blocs ou en feuilles de  format divers et variés.

watercolour-255801_960_720

D’autres marques font aussi du pur chiffon comme HANMUHLE MOULIN DU COQ ou CANSON.

les formats de papiers beaux-arts sont différents que les papiers de papeterie DIN ils sont les suivants :

  • Cloche : 30X40 cm
  • Pot ou Écolier : 31X40 cm
  • Tellière : 34X44 cm
  • Couronne 37X47 cm
  • Écu:  40X52 cm
  • Coquille:  44X56 cm
  • Carré : 45X56 cm
  • Cavalier : 46X62 cm
  • Raisin : 50X65 cm
  • Jésus : 55X75 cm
  • Soleil : 60X80 cm
  • Colombier : 63X90 cm
  • Double-Raisin : 65X100 cm
  • Petit-Aigle : 70X94 cm
  • Grand-Aigle : 75X110 cm
  • Grand Monde : 90X126 cm
  • Univers : 100X130 cm

Ces formats de papiers remontent à une époque ou le système métrique que nous connaissons n’existait pas et ou chaque région et chaque moulin faisait son propre format en fonction de la taille du cadre qui servait à calibrer la taille des feuilles de papier, au coin de chaque feuille il y avait un filigrane représentant un symbole qui a donné les noms des tailles des papiers beaux-arts et qui sont maintenant agrées AFNOR.

Les qualités de papiers moins haut de gamme sont fait à partir de cellulose de bois on l’on retrouve différentes texture et poids. la cellulose de bois constituant ce type de papier ne donne pas de possibilités aussi poussés et pointues que les papiers torchon mais reste pour un usage normal un très bon compromis si l’on ne veut pas investir dans le pur coton.

Le drawing  gum

Le drawing gum est du latex liquide dilué, il sert à créer des réserves blanches sur le papier. La gomme est passé au pinceau aux endroit ou l’on ne veut pas de couleur attendre le séchage au bout de quelques minutes. l’on peut appliquer la couleur sur la surface, l’oeuvre terminée il suffit de frotter doucement les parties protégées pour récupérer la partie papier préservée.

La gomme arabique

Se mélange à l’aquarelle ou à la gouache pour obtenir un résultat plus brillant et plus stable la gomme arabique donne plus de corps à l’aquarelle. Incolore elle  peut s’appliquer comme un vernis final , se dilue avec de l’eau.

gum-arabic-763043_1920
gomme arabique en granulés

Le fiel de boeuf


Le fiel de boeuf ou bile de boeuf accentue la fluidité de la couleur et surtout permet l’accrochage de la gouache et de l’aquarelle sur des supports lisses tels que le verre, l’acétate et le celluloïd.

Le miel


Certaines aquarelles ont dans leurs compositions du miel (aquarelle extra fine Sennelier), cet additif est similaire en  phase de travail  à la gomme arabique. Il retarde le séchage ce qui permet de travailler plus longtemps dans le frais.

Le vernis gouache / aquarelle

composé de  résine acrylique diluée dans de l’alcool. Il permet de dépose une protection sur l’aquarelle et la gouache. Dans l’utilisation de ce vernis il faut privilégier une version aérosol.

La gouache

La gouache est la cousine de l’aquarelle dans sa version opaque. Trop souvent considérée comme une peinture scolaire ce qui est faux et trompeur, la gouache est avant tout une peinture beaux arts.  Les gouaches se composent de gomme arabique et de pigments comme l’aquarelle. A la différence que la gouache contient une charge qui opacifiera la couleur et lui donnera du corps et de l’épaisseur et un bel aspect velouté au séchage. La gouache se travaille en aplat sur papier fort (180 grammes minimum) ou diluée à l’eau pour obtenir de la transparence (additionnée de gomme arabique). Elle  n’est pas indélébile au séchage. Il est  préconisé de vernir les réalisations pour les conserver. Comme pour l’huile et l’acrylique le choix de couleurs  fines ou extra-fines fera la différence au final . tout les additifs de l’aquarelle sont compatibles avec la gouache et vice et versa.

IMG_3162

La tempéra à l’oeuf

Peinture a pour particularité d’avoir  le jaune d’œuf en base de liant .Cette technique de peinture remonte au moyen âge. Le jaune d’oeuf par sa composition chimique est une liaison grasse et maigre a la fois. Il n’y a pas de recette codifiée pour la fabrication de cette peinture très ancienne le jaune d’oeuf est mélangé avec du pigment pour la couleur et du blanc de Meudon ou de lithotpone pour la charge  il est possible d’y rajouter un peu de gomme arabique ou de fiel de boeuf pour améliorer sa fabrication et l’adapter au support final. Cette peinture étant très vivante dans sa composition de ce fait elle ne sera gardera pas très longtemps pourrissement très rapide.

Les pinceaux

“Pour peindre à l’aquarelle on peut se contenter de n’importe quel pinceau”. Phrase bien souvent entendue dans la bouche de béotiens, oui l’on peut prendre n’importe quel pinceau, mais si l’on veut vraiment faire un travail de qualité il est préférable d’user d’un pinceau en poil naturel en effet les poils naturels son ceux qui possèdent la grand capacité de rétention d’eau indispensable. Les plus abordables sont en poils de “petit gris” , le petit gris est un écureuil vivant en climat très froid Canada, Russie, Mongolie, Les poils constituant ces pinceaux sont prélevés sur la queue des écureuils qui est la partie de leur corps la plus fournie en fourrure d’une bonne longueur de poils.

Il y a ensuite les poils de martre, les plus réputés et recherché sont les  pinceaux en martre Kolinski, ils sont très résistants, d’une excellente capillarité et d’une capillarité accrue,  la pointe est d’une très bonne tenue.

Les pinceaux en martre rouge ont une moins bonne tenue et résistance mais restent néanmoins de bons pinceaux pour l’aquarelle.

Pour l’huile il est préférable de prendre des pinceaux avec poils plus résistants au solvant (soie de porc,mangouste, putois)  même si pour des travaux fins les pinceaux en martre sont indispensables, il faudra veiller à bien les nettoyer avec de l’essence de pétrole puis ensuite du savon noir et de l’eau tiède.

Pour l’acrylique le choix le plus judicieux est l’usage de pinceaux en soie de porc et synthétique.

En résumé il faut un pinceau par technique de peinture, que l’on soit peintre en lettres, artiste peintre à l’huile ou à l’acrylique, figuriniste, peintre sur porcelaine etc… l’on trouvera toujours dans l’immense choix de poils et de forme le pinceaux qui convient voici donc un comparatif des différents pinceaux

Les pinceaux et brosses sont des touffes de poils maintenus ensemble par de la colle et assemblés sur un manche avec une virole métallique ou naturel comme de la plume d’oie.

Les pinceaux en poils naturels :

Le martre Kolinsky :


Universel, toutes techniques, (huile, aquarelle, encre,gouache, attention avec l’acrylique) grand choix de pointes et de sorties attention aux prix là qualité se paye souvent un peu cher, mais bonne résistance  du pinceau si l’on ne le martyrise pas.

La martre pure :


Idem kolinsky, un peu moins cher


Le putois :


Pinceaux polyvalents et endurants pour huile et acrylique ils résistent bien au solvants.


Le petit gris :


L’aquarelle  et  la gouache sont ses amies. Bonne capillarité. Garde bien la pointe, éviter la peinture acrylique qui peut casser le poil.


La mangouste :


Bon pinceau pour l’huile et l’acrylique. Résistants aux solvants des peintures à l’ huile et la résine acrylique


Le blaireau :


Poil très long et de gros diamètre lui donnant une excellente rigidité, pointe fine à conicité appréciée pour toute pâte épaisse.


La soie de porc  :

IMG_3150
Brosses éventail soie de porc


Le pinceau tout terrain de la peinture la structure du poil lui permet de résister à toutes les peintures et vernis en moulage il résistera à toutes les résines et silicones . Les peintres en bâtiment et décorateurs l’utiliseront pour toutes les applications de peintures et d’enduits. La structure des poils de la soie de porc est pourvue  de microscopiques  écailles qui retiennent la peinture et le  vernis. Les soies cambrées sont produites par une cuisson à la vapeur dans des moules métalliques de formes cambrés. Les formes usées sont faites en passant la touffe de poils sur une meule abrasive.


L’oreille de veau :


Poil souple et résistant ne laissant pas de trace de peinture, très utilisé pour la décoration et les brosses à lettres, convient aux techniques humides.


La chèvre :


La mise en pointe n’est pas le fort de ce type de poil. Il est utilisé en mélange ou pur pour des lavis en techniques humides ou pour la calligraphie chinoise ou japonaise.


Le poney :


Poil plus ferme que la chèvre, avec une pointe moyenne. Utilisé pur ou en mélange. Son prix est faible et permet la fabrication de pinceaux scolaires à prix attractif.


Le poil de chameau :


il ne s’agit pas de poils ne venant  pas du mammifère a deux bosses ce terme vient d’une dénomination technique . Le poils de chameau est un mélange de poils de chèvre, d’écureuil, de poney, d’oreille de veau. ils sont utilisés pour les peintures à l’eau et les encres.

Les pinceaux en poils synthétiques :

IMG_3145
serie KAERELL synthetique

Les pinceaux synthétiques sont moins efficaces en matière de capillarité que les poils naturels car les fibres synthétique retiennent peu l’eau et la couleur. Pour des lavis ou les grands fond avec des couleurs à l’eau ou avec de l’encre ils montrent rapidement leurs limites, par contre pour un usage avec de la peinture acrylique ou de la peinture à l’huile ils sont parfaitement adaptés avec beaucoup de possibilités d’utilisations. Ils sont par leurs nervosités ou leurs souplesses idéaux pour travailler les peintures sorties du tube, en empâtement ou pour les gels.  les brosses et pinceaux synthétiques ont des formes diverses et variées,ils sont effilés, pointus, en éventails, usés bombés, cambrés.  Les fibres synthétiques sont extrudés et cuites pour les rendre plus  souples doux ou absorbants comme le Taklon ou plus dures et nerveux comme le sépia . Les pinceaux synthétiques en poils durs sont moins sensibles  aux solvants ou aux peintures agressives,  ils sont faciles à entretenir et les poils ne cassent pas après un long usage car les fibres synthétiques résistent mieux à la nature plastifiante de la résine  acrylique.

Nettoyage :

La problématique de la peinture et des couleurs c’est qu’a l’issu de la phase de création il y a la phase de nettoyage des outils et des mains l’idéal pour cet exercice est le savon de Marseille ou le savon noir. Sans solvant efficaces et totalement écologiques ces savons sont tombés dans l’oubli mais ils sont indispensables pour bien entretenir vos pinceaux.

2016-09-16-19-21-53-120151208_190521

Publicités